Skip to main content

De passage en Centre-Val de Loire ? Ne manquez pas les incontournables à faire à Orléans dans le Loiret !

Orléans doit sa célébrité à la grande Jeanne d’Arc et sa libération du siège des Anglais en 1429. Cette ville d’Art et d’Histoire est bordée par la Loire et ne manque ni de verdure ni d’espace d’eau sur lesquels les promeneurs et cyclistes aiment s’échapper.

D’ailleurs, Orléans a sorti l’artillerie pour se refaire une beauté et retrouve ses maisons à pans-de-bois et une vieille ville dynamique et pimpante.

Pour profiter pleinement de votre séjour, voici les 10 incontournables à visiter pour un week-end ou des vacances dans cette magnifique ville selon les voyageurs secrets.

N’hésitez pas à suivre ces deux passionnés de voyage pour obtenir un maximum de conseils et astuces voyages : Voici leur blog !

Retrouvez la liste de cette sélection ici !

Découvrez la liste Henoo

Henoo, c’est l’appli qui vous permet de découvrir et partager le patrimoine qui vous entoure !

Se laisser éblouir par la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans

Cathédrale Sainte-Croix d'Orléans L’imposante cathédrale Sainte-Croix se dresse dominant la ville et fut construite par Henri IV, sur les ruines des cathédrales précédentes.

Il aura fallu 600 ans pour la construire (de 1287 à 1829) mais elle rayonne aujourd’hui tel un vrai joyau architectural portant l’empreinte des différentes successions royales et un mix des styles propres à chaque siècle.

Jeanne d’Arc est étroitement liée à cette cathédrale. L’héroïne historique est venue suivre la messe vespérale le 2 mai durant le siège d’Orléans.

Des vitraux sont consacrés à sa vie que vous pouvez admirer à l’intérieur en plus des rosaces du transept et son soleil, ajouté pour un hommage à Louis XIV.

La cathédrale a au cours de sa longue existence subi les affres de la guerre. En 1940, pendant l’avancée allemande, la cathédrale est touchée, mais les dégâts restent mineurs, de même qu’en 1944.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les travaux de restauration se succèdent afin de lui redonner sa splendeur passée.

Aujourd’hui, la cathédrale Sainte-Croix figure parmi les plus vastes cathédrales gothiques de France avec ses 140 mètres de longueur, 53 mètres de largeur et sa flèche culminant à 106 mètres.

Admirer la statue de Jeanne d’Arc

Statue Jeanne d'Arc d'Orléans

Statue Jeanne d’Arc d’Orléans

Si vous souhaitez marcher sur les pas de l’héroïne historique, Orléans est la ville idéale ! Les 7 et 8 mai 1429, Jeanne d’Arc délivre Orléans du siège des Anglais, permettant à Charles VII de se rendre à Reims pour se faire sacrer roi.

Pour l’anecdote, la Place du Martroi était un lieu d’exécution qui servait de marché aux blés. La place du Martroi est aujourd’hui marquée par la statue équestre de celle qu’on surnommait « la Pucelle ».

Œuvre de Denis Foyatier, la statue équestre de Jeanne d’Arc est située place du Marois date de 1855.

Cette héroïne de l’histoire de France, chef de guerre et sainte de l’Église catholique est représentée l’épée en poigne et montant un cheval.

La statue repose sur un socle en granit orné de dix reliefs originaux en bronze dans sa partie basse. Depuis 1988, ils ont pris place au musée des Beaux-Arts d’Orléans et sont remplacés par des moulages en résine.

Le monument est classé au titre des monuments historique le .

Flâner dans le Parc Floral de La Source

Parc floral de la Source

© routedelarose.fr

Lieu emblématique du Loiret, le parc floral est situé dans le quartier de la Source. Cet incontournable est né dans les années 60.

À cette époque, le domaine de la Source est acquis par le département du Loiret et la Ville d’Orléans porte un grand projet d’urbanisme dans lequel 35ha autour de la Source du Loiret sont réservés pour le Parc Floral de la Source.

En 1967, le parc accueil les Floralies. 6 mois d’explosions de couleurs et de parfums, de promenades féeriques pour les petits et les grands.

C’est à cet évènement majeur que le Parc doit sa forme actuelle et ses paysages mais surtout sa résonance dans l’entièreté du pays.

La rivière Loiret prend sa source en plein cœur du parc offrant à cet écrin de verdure une diversité de flore remarquable teintant le parc aux couleurs des saisons. Il peut être difficile de tout visiter, le parc vous propose donc 4 parcours de visites.

Si vous pensiez trouver seulement quelques arbres et de l’herbe, vous vous trompez ! Ce parc renferme une multitude d’animaux : une serre aux papillons, des oiseaux exotiques, des ânes et chèvres… Vous pourrez également y découvrir un potager, des sculptures, un jardin zen, une roseraie…

Pour visiter le parc autrement, vous pouvez pédaler pour le plus courageux en louant des rosalies ! Idéal pour arpenter le parc lors des beaux jours.

Pour ceux qui n’aiment pas trop marcher, pas de panique, vous pouvez visiter le parc en petit train ! À bord du véhicule vous pourrez découvrir le parc autrement et d’un autre point de vue.

Et pour les couche-tard, vous pourrez visiter le parc lors des nocturnes !

Visiter l’Hôtel Groslot

Hôtel Groslot, ORLEANS

© Tourisme Loiret

L’Hôtel Groslot est un hôtel particulier du XVIe siècle où défilèrent plusieurs personnages influents de l’histoire de France.

Ce trésor architectural s’offre à nous avec sa magnifique façade Renaissance construite entre 1549 et 1558 en briques rouges et en forme de losanges.

Le monument, appelé également Grande-Maison de l’Étape, Maison du Gouverneur, ou encore l’Intendance est bâti sous l’impulsion de la famille Groslot.

Cette demeure privée est transformée au fil du temps en «maison commune». L’hôtel accueille notamment les rois français François II et Charles IX ainsi que Catherine de Médicis.

Ancien Hôtel de ville, il est l’un des lieux les plus visités d’Orléans. À l’intérieur, lambris dorés, boiseries, plafonds à caissons, murs de toiles peintes, tapisseries d’Aubusson… Rien n’était trop beau pour Jacques Groslot, bailli du roi de France. Pour l’anecdote, c’est dans la salle des mariages que mourut François II.

Aujourd’hui, l’Hôtel est un lieu de fête pour la célébration des mariages. Après la Révolution Française, il a aussi servi d’hôtel de ville d’Orléans.

Visiter le Musée des beaux-arts

Musée des Beaux-Arts, ORLEANS

© Tourisme Loiret

Le musée des beaux-arts d’Orléans figure parmi les plus riches et les plus anciens musées français.

Fondé en 1797, il vous présente une collection remarquable de peintures, dessins, sculptures ou objets d’art d’origine italienne, flamande, hollandaise, et française datant du XVe au XXe siècle.

Le musée est créé à l’initiative de Jean Bardin, directeur de l’école de dessin. Installé dans l’ancien palais épiscopal, il déménage en 1799 dans la chapelle de l’ancien collège.

En 1804, le musée ferme et les collections sont transférés au jardin des plantes.

Refondé en 1823 à l’initiative du comte de Rocheplatte, maire de la ville et de son adjoint le comte André Gaspard Parfait de Bizemont (qui en deviendra le directeur), le musée prend place dans l’hôtel des Créneaux.

Suite à la donation de Paul Fourché, un musée est construit en 1922 en son nom. La Seconde Guerre mondiale fait des dégâts très importants au musée qui sera doté d’un nouveau bâtiment en 1984.

Depuis l’automne 2016, le musée des Beaux-Arts d’Orléans est totalement redéployé. Des travaux sont effectués par étages afin de présenter de manière chronologique le plus d’œuvres possibles.

À l’entresol, vous découvrirez un panorama du néoclassicisme au romantisme et au premier étage, les peintures françaises du XVIIe et XVIII s’étendent pour vous dévoiler des chefs-d’œuvre à travers la religion, la mythologie ou encore l’Histoire.

Se ressourcer au Jardin des plantes

Le Jardin des Plantes Orléans

Le Jardin des Plantes et la Statue de la Rêverie

Ce jardin botanique de 3,5 hectares est parfait pour une petite balade et un bol d’air frais !

Créé en 1834, le jardin possède une partie des végétaux provenant d’un jardin botanique plus ancien créé en 1640 et transféré au sud de la Loire.

L’objectif était de cultiver des plantes médicinales et le parc se dote petit à petit d’une multitude de plantes rares et exotiques.

Des serres chaudes et une orangerie sont construites pour assurer le développement des plantes exotiques.

En 1958, le verger est remplacé par une vaste roseraie qui sera remplacée en 2002 par le jardin des roses.

En effet, le jardin prend une tournure plus touristique qu’agricole et développe des univers colorés aux odeurs florales parfumées.

En flânant dans le parc, vous pourrez vous retrouver nez à nez avec le massif arbuste coloré ou avec l’œuvre du sculpteur français Charles Dupaty représentant Cadmos combattant le serpent ou encore une sculpture représentant une femme agenouillée dans la roseraie.

Si vous êtes joueur, vous pouvez vous amuser à trouver les quatre arbres remarquables cachés dans le jardin (un Araucaria araucana, un Ginkgo biloba, un liriodendron tulipifera aureomarginatum et un sequoia sempervirens).

Se promener sur le Pont Georges V

le pont Georges V d'Orléans

© Flickr – Angelo Brathot

Pont National pendant la Révolution française, Pont Royal en hommage à Louis XV, il prend finalement le nom de Pont George-V (depuis 1914) est le plus ancien d’Orléans.

Bien qu’ayant porté plusieurs noms, beaucoup d’Orléanais continuent de l’appeler pont Royal. Construit entre 1751 et 1760, l’ouvrage fut réalisé selon les plans de Jean Hupeau.

C’est Daniel Trudaine, conseiller d’État qui le fit exécuter et les travaux furent dirigés par Hupeau.

Le Pont fut construit durant la période de l’âge d’or des ponts en maçonnerie (au XVIIIe siècle). Le plus souvent mal fondés et issus du Moyen-Age, les ponts se dégradent et ne sont plus adaptés. La construction de nouveaux ouvrages d’art se distingue alors par une solidité et un caractère monumental.

Le premier pont d’Orléans remonte à l’époque gauloise : C’est le Pont des Tourelles (1140). Le Pont Georges V a donc été construit pour remplacer le pont des Tourelles datant du XIIe siècle qui était en fin de vie. La plupart à cette époque étaient fabriqués en bois mais celui-ci était en pierre.

Découvrir le CERCIL – Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hi

Cercil - Musée-mémorial des enfants du Vél d'Hiv'

© fondationshoah.org

Pour les amoureux de l’histoire, nous vous conseillons de visiter le CERCIL. Bien qu’il soit dédié à des heures sombres de notre histoire, le Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv est un véritable mémorial, centre d’histoire et de mémoire à Orléans.Fondé en 1991 par Hélène Mouchard-Zay y, Eliane Klein, Serge Klarsfeld et Henri Bulawko, avec le soutien de plusieurs municipalités, le Cercil a pour objectifs dès sa création de transmettre à tous l’histoire des camps du Loiret.En 1992, Serge Klarsfled et Henri Bulawko apportent une documentation et des premiers fonds privés, le Cercil présente « Histoire et mémoire. Les camps d’internement dans le Loiret », une exposition à la mairie inaugurée par Simone Veil.

En 2011, le Cercil inaugure le Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv, qui prend place dans une ancienne école maternelle à Orléans. L’inauguration est effectuée par Serge Grouard en présence de Simone Veil et de Jacques Chirac. Dans la cour du Cercil un fragment d’une baraque du camp de Beaune-la-Rolande est implanté qui sera classé monument historique.Depuis 2018, le Cercil Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv a fusionné avec le Mémorial de la Shoah à Paris.

En s’appuyant sur des archives, des témoignages, des objets et des photographies, il vous propose un parcours muséographique présentant l’histoire des internés. Tous les mardis se déroulent « Les Mardis du Cercil ». C’est une programmation culturelle diversifiée accessible à tous (conférences, débats, projections).

Découvrir le Château de l’Isle

Château de l'Isle (Saint-Denis-en-Val)

© Wikipedia

Les Val de Loire sont réputés pour être peuplés de nombreux châteaux tant princier et luxueux que poussiéreux et en ruines.

Situé à 5 km d’Orléans, le château de l’Isle était une habitation seigneuriale attestée dès le XIVe siècle.

Il fut construit en 1530 par le bailli d’Orléans, Jacques Groslot issu d’une riche famille de tanneurs orléanais. Le château est le pendant de l’Hôtel Groslot dont nous avons parlé juste avant.

Il représente d’ailleurs l’un des hauts plateaux du protestantisme orléanais pendant les guerres de Religion.

En 1866 la crue de la Loire fait céder la levée à 150 mètres du château. Bien que déjà très endommagé, l’événement détruisit une grande partie du château.

Le château est abandonné pendant de longues années et se dégrade au fur et à mesure.

L’association de sauvegarde du château de l’Isle créée en 2008 agit pour assurer la survie et la préservation du monument historique L’association acquiert le château en 2010.

Géant de pierre et de brique affaibli par les siècles sinueux, le château en ruine est un véritable joyau historique témoin de près de 500 ans d’existence.

Visiter la Maison de Jeanne d’Arc

La Maison de Jeanne d'Arc

© Hôtel d’Arc Orléans

On termine l’article en beauté en mettant à nouveau à l’honneur notre sainte patronne !

Cette maison à pans de bois aux fenêtres croisées et toiture en ardoise était la demeure de Jacques Boucher, trésorier général du duc d’Orléans.

La charmante maison est célèbre puisque cet homme hébergea Jeanne d’Arc lorsqu’elle vint libérer la ville durant le siège d’Orléans en 1429.

Ce foyer historique a été entièrement reconstruit dans les années soixante après avoir subi des dédommagements en 1940 par les bombardements d’Orléans durant la Seconde Guerre mondiale.

Modernisée et restructurée, elle abrite une salle multimédia au rez-de-chaussée, un espace de projection, une frise chronologique des principaux événements de la vie de l’héroïne et au deuxième étage un centre de recherche et de documentation consacrés à Jeanne d’Arc organisé sur trois niveaux : il s’agit de plus grands fonds documentaires consacrés à ce personnage historique.

Nous espérons que la sélection des voyageurs secrets vous aura plus et vous aura donné envie de visiter Orléans !

Découvrez Montpellier en deux jours
Visiter Aix-en-Provence en deux jours

Source photo

tourismeloiret.com
generationvoyage.fr
sncf-connect.com
wikipedia
musee-memorial-cercil.fr