Skip to main content

Les châteaux et résidences princières sont des lieux uniques au monde, ils ont été le sujet de nombreux films, séries et romans.

La plupart d’entre nous découvrent ces demeures à travers des photos. Mais ce qui fait de l’architecture une belle discipline, c’est qu’en la visitant en personne vous pouvez en ressentir toute l’émotion des lieux.

Au-delà des murs et des fenêtres, ces demeures vous transportent dans un monde où l’histoire vous entraîne, où la nature est omniprésente et où la beauté est au rendez-vous.

Dans ce guide, nous vous présentons cinq des plus belles résidences princières de France. Découvrez cette sélection dans la liste Les résidences royales de France.

Découvrez

Nous avons déjà vu bon nombre de châteaux dans divers articles faisant partis de résidences princières dans :
7 châteaux d’Ile-de-France ou encore 10 châteaux de France à visiter.

Château royal d’Amboise

Château d'Amboise

Château d’Amboise

Son histoire s’étend du Moyen Âge au 19ème siècle incarnant un monument de la grande histoire de France du roi Charles VIII et de la reine Anne de Bretagne.

Avant d’être rattaché à la couronne en 1434, l’édifice appartenait, depuis plus de quatre siècles, à la puissante maison d’Amboise. Témoin de l’ascension de François 1er, il est notamment connu pour avoir été la résidence principale de ce roi de France durant la Renaissance.

Surplombant la vallée de la Loire et offrant aux visiteurs un panorama exceptionnel, le château d’Amboise est situé sur la commune d’Amboise en Indre-et-Loire. Avec son mobilier gothique témoignant du raffinement artistique de la première Renaissance Française et ses jardins paysagers, ce site est un véritable incontournable.

Ces murs de pierres ont vu passé le roi Charles VIII puis Louis XII, François Ier… Se transformant alors peu à peu en résidence royale. François 1er donna d’ailleurs des fêtes majestueuses au sein de cette forteresse médiévale, mais ce qui fait la particularité de cet édifice, c’est qu’il attira de nombreux artistes venus de l’Europe, notamment Léonard de Vinci.

Le génie italien passera les trois dernières années de sa vie aux côtés du Roi. Bien qu’il vécût au château Lucé, c’est au sein du château royal d’Amboise que Léonard de Vinci repose. Chaque année, les visiteurs du monde entier viennent ainsi se recueillir sur sa sépulture, dans le joyau de l’art gothique : la chapelle Saint Hubert.

Cette bâtisse est un témoignage exceptionnel des profonds changements qui se sont opérés en Europe aux XVème et XVIème siècles faisant de lui, un véritable trésor de l’histoire.

Château royal de Blois

Le château royal de Blois

© Hôtel de France et de Guise

Le château de Blois est situé au cœur de Blois dans le département du Loir-et-cher. Il présente un sublime panorama de l’art et de l’histoire des châteaux de la Loire. Cet exemple unique de l’évolution de l’architecture française du XIIIe au XVIIe siècle présente une diversité de styles et peut s’enorgueillir d’avoir accueilli 10 reines et 7 rois de France.

Ce sont les 4 façades qui témoignent des constructions et destructions au fil des siècles. Elles incarnent quatre grandes époques de l’architecture française :

– La grande salle seigneuriale (XIIIe siècle) ;

– l’aile gothique de Louis XII (1498-1500)

– l’aile Renaissance de François Ier (1515-1518)

– l’aile classique de Gaston d’Orléans (1635-1638)

– La grande salle seigneuriale

Le roi François Ier entreprend le réaménagement de l’aile nord de la forteresse médiévale avec son célèbre escalier en vis orné de pilastres, salamandres (emblèmes du roi) et autres motifs à l’antique, côté cour.

C’est au premier étage de ce bâtiment que la reine Catherine de Médicis vivra dans la seconde moitié du XVIe siècle.

En 1498, Louis XII entreprend d’importants travaux de restauration et d’aménagements du château et des jardins pour y installer la Cour de France.

L’aile Louis XII est caractéristique de la Renaissance française. On peut le voir aux façades décorées alternant briques et pierres et aux décors des fenêtres mais aussi à sa belle statue équestre qui orne la façade.

Le château royal est labellisé Musée de France et possède une collection de plus de 35 000 œuvres. Ces géants de pierre abritent également le Musée des beaux-arts de Blois au premier étage de l’aile Louis-XII. Sculptures, objets d’art et mobilier, il offre un parcours de visite autour des cinq sens.

En poussant les portes de ce château, mille ans d’histoire s’offrent à vous !

Château de Langeais

Château et parc de Langeais

© chateau-de-langeais.com

Reconstruit par Louis XI en 1465, le château de Langeais se dresse dans la commune du même nom en Indre-et-Loire.

Composé de deux châteaux : la tour de Foulques Nerra et le château de Louis XI, il a la particularité d’être le donjon le plus ancien de France. En 1466, Louis XI le cède à son cousin, Dunois, fils du compagnon d’armes de Jeanne d’Arc.

C’est ici qu’aura lieu le mariage de Charles VIII et d’Anne de Bretagne en 1491, événement le plus marquant du château qui soulignera le début du rattachement du duché à la royauté française.

Le château est très bien conservé et peu remanié au fil des siècles. Langeais est construit entre Moyen Âge et Renaissance. C’est un exemple d’architecture de la fin de la période médiévale (pont-levis, hautes toitures, mâchicoulis et chemin de ronde en témoignent) tandis que sa façade ouest, côté jardin, offre un tout autre visage, accentué par des décorations de type Renaissance.

Les intérieures offrent des collections et objets de l’époque exceptionnels répartis en 16 salles. Mobilier richement sculpté, tapisseries des XVe et XVIe siècles et carreaux de pavements à motifs médiévaux, de quoi charmer les visiteurs !

Ne manquez pas son charmant parc arboré où vous trouverez échafaudage et engins de levage évoquant les méthodes de construction des bâtisseurs de l’an Mil et une cabane qui offre une vue imprenable sur le parc et les vestiges de la chapelle du XIe siècle.

Pour finir, profiter d’une promenade entre cèdres et séquoias aboutissant à un belvédère offrant un panorama sur la Loire.

Château de Malmaison

Le Château de Malmaison

© ville-imperiale.com

Situé dans la commune de Rueil-Malmaison, le château de Malmaison est construit dans la première moitié du XVIIe siècle par Christophe Perrot. L’origine du nom de Malmaison est peu connue, mais elle serait liée à une mauvaise fréquentation des lieux (brigands, invasion des Normands) au Moyen Âge.

Cela peut également être dû à l’activité première de la ville qui était la prise en charge de personnes malades.

Le château entre véritablement dans l’histoire royale de France lorsque Joséphine Bonaparte en fait l’acquisition en 1799. Napoléon devient ainsi le véritable propriétaire du domaine, il aimera y demeurer, loin de tout protocole et Joséphine donnera libre cours à sa passion pour les fleurs.

En effet, de 1803 jusqu’à sa mort, Joséphine où « l’impératrice des roses » cultiva presque 200 plantes introduites en France pour la première fois. La propriété a été connue pour sa magnifique roseraie.

En 1809, Napoléon fit part à Joséphine de son intention de divorcer. Pour cause ? Elle ne lui avait pas donné d’héritier. On rapporte qu’à cette nouvelle, l’impératrice s’évanouit.

Après le divorce en 1809 l’Empereur lui lègue cette propriété avec toutes ses collections et c’est à Malmaison que son âme ère mélancolique et seule hantée par ses souvenirs de jours heureux qu’elle avait vécu dans cette maison.

Elle meurt en mai 1814 et est inhumée dans léglise Saint Pierre Saint Paul de Rueil-Malmaison. Son fils, le prince Eugène de Beauharnais en hérite et sa veuve le vend en 1828 au banquier suédois Jonas-Philip Hagerman.

En 1842, la reine Christine d’Espagne, l’acquiert pour en faire sa résidence puis le revend en 1861 à Napoléon III qui le remeuble.

Une caserne est installée dans le château, propriété de l’État français. Très endommagé par la guerre de 1870, il passe de main en main pour être vendu à un banquier en 1897 qui lotit le parc peu à peu.

Il est la propriété de l’Etat depuis 1903 et un musée consacré au souvenir napoléonien y ouvre 2 ans plus tard.

Le domaine de Marly

Domaine de Marly

© culturezvous.com

On ne présente plus Versailles et Rambouillet, deux châteaux royaux bien célèbres ! Mais connaissez-vous le château de Marly ?

En effet, les jardins de ce château constituent l’ultime témoignage d’une des réalisations architecturales parmi les plus originales du XVIIe siècle.

Située dans la commune de Marly-le-Roi, la bâtisse est édifiée sous le règne du roi Louis XIV et fut détruite au cours du Premier Empire. Un fragment de parchemin atteste les premières mentions du domaine de Marly.

En 1676, Louis XIV achète les seigneuries de Marly-le-Chastel et de Marly-le-Bourg à la famille de Montmorency, devenant alors Marly-le-Roi. En effet, lassé du grandiose et de la foule, il eut le besoin de plus petit et de solitude. C’est alors qu’il jeta son dé voulu sur ce territoire couvert de bois et marécages.

La résidence royale est créée entre 1677 et 1688 sur les plans de Jules Hardouin-Mansart constitue alors un ensemble unique en France où s’épanouissent les jardins et parterres dessinés par Le Nôtre.

Être invité par le roi dans cette demeure était un véritable honneur puisque davantage restreint et intimiste. Louis XIV résume ainsi la fonction de ses trois principales résidences : « J’ai fait Versailles pour ma Cour, Trianon pour ma famille, Marly pour mes amis »

Parc de Marly-le-Roi

© Mapio.net

Marly perd de sa dimension politique sous Louis XV et devient une résidence supplémentaire que le souverain délaisse au profit de Choisy ou de Bellevue. Il perd également de son caractère intimiste puisque tous les dimanches les jardins sont ouverts au peuple qui assiste aux défilés de la noblesse en grande tenue.

Le château est finalement racheté par Napoléon en 1811 et le domaine redevient alors ce qu’il avait été au départ : un domaine de chasse où, de Charles X à François Mitterrand, les rois, empereurs et présidents de France viennent pratiquer l’art cynégétique.

Venez découvrir le musée du Domaine royal de Marly qui vous fera marcher sur les pas de grands rois et d’un palais disparu à travers des tableaux, statues, dessin, gravures et mobilier archéologique.

Sources :

amboise-valdeloire.com
notrebellefrance.com
blois.fr
chateau-de-langeais.com
musees-nationaux-malmaison.fr
chateauversailles.fr