Skip to main content

Des envies de weekend ? Optez pour la Normandie ! Cette région de France offre une multitude de sites naturels à voir, d’activités et de visites à faire.

Nous vous avons fait une sélection de 10 activités diverses, à choisir selon vos envies, pour passer découvrir la Normandie comme bon vous semble.

Pour retrouver cette sélection, n’hésitez pas à consulter notre liste sur l’application Henoo.

Découvrez la liste Henoo

Henoo, c’est l’appli qui vous permet de découvrir et partager le patrimoine qui vous entoure !

Le Mont Saint-Michel

Le Mont Saint-Michel

© Canva

Situé entre Normandie et Bretagne, le Mont Saint-Michel est une visite incontournable lors d’un passage en Normandie.

Il figure en effet parmi les 10 sites le plus fréquentés de France et est le premier site visité après ceux de l’Île-de-France. Pas moins de 2 millions et demi de visiteurs en moyenne s’y rendent chaque année.

Mais qu’est-ce que le Mont Saint-Michel exactement ?

Au-delà d’être un rocher, il s’agit également d’une commune de 29 habitants et ce dernier ne représente ainsi qu’une petite partie de la commune.
Cet îlot rocheux de granite doit son nom à l’archange Saint-Michel, pour qui un sanctuaire avec une abbaye fut érigé sur le rocher en 709. L’abbaye du Mont Saint-Michel occupe par ailleurs la partie principale du rocher.
Pendant tout le Moyen-Âge, il fut également couramment appelé « Mont Saint-Michel au péril de la mer». Entouré par une baie, il devait alors cette appellation à la mer qui entourait et qui entoure toujours le rocher lors des marées très hautes, transformant ainsi cet endroit une véritable île. Avant l’an 709, il était également appelé le « Mont Tombe » avant d’être dédié à Saint-Michel.

Par ailleurs les marées sont un phénomène à absolument voir lors de votre visite si vous en avez l’occasion, elles sont parmi les plus grandes marées de l’Europe Occidentale. Nous vous conseillons d’arriver sur le Mont environ 2h avant l’horaire de pleine mer, afin d’observer l’eau gagner eu à peu du terrain.

À noter que l’abbaye et ses dépendances sont classées Monuments historiques depuis 1862.

Les Plages du Débarquement

Les Plages du Débarquement sont un incontournable de la Normandie.

Chaque année, des millions de visiteurs viennent les voir afin d’en apprendre plus sur l’Histoire et rendre hommage aux soldats qui ont libéré la France lors de la Seconde Guerre Mondiale.

En juin 1944, les troupes alliées ont ainsi débarqué sur 5 plages du Contentin et du Calvados.
Sur deux des cinq plages, un premier débarquement a eu lieu par les airs sur les plages Utah (troupes américaines) et Sword (troupes franco-britanniques).

Puis le débarquement par la mer a eu lieu sur l’ensemble des 5 plages : Utah Beach, Sword Beach, Omaha Beach (troupe américaine), Gold Beach (troupe britannique) et Juno Beach (troupe canadienne).

Les Britanniques débarquèrent à l’est et les Américains à l’ouest.
Tous ces noms donnés aux plages correspondaient aux noms de code utilisés par les Alliés pour mener à bien l’opération, qui ont été conservés afin de rendre hommage à ce héros.

Ces plages, à la fois magnifiques et haut lieu de mémoire de la Seconde Guerre Mondiale, sont à ne pas manquer lors de votre weekend.

 

La Suisse Normande

La Suisse Normande, située au sud de Caen, est une zone très verdoyante si vous souhaitez un weekend sportif dans la nature.

Elle est située à cheval entre le département du Calvados et celui de l’Orne et offre un superbe panorama sur le bocage de Normandie.

Elle doit son nom non pas à ses montagnes (le sommet le plus haut ne culmine qu’à 300m), mais à ses reliefs boisés qui ont été façonnés par les rivières qui s’écoule à ses pieds.

On y retrouve en effet de profondes vallées abruptes et des gorges qui la traversent, faisant le bonheur des kayakistes.
Les paysages sont ainsi très surprenants, restés sauvages et riches en végétation, qui y est omniprésente.

Quelques villages très pittoresques ont su s’implanter sur les flancs de colline sans pour autant bouleverser les paysages.

Parmi les villages et petites villes, nous vous suggérerons de faire un arrêt à Clécy. Cette commune qui dominée par le Viaduc de la Lande possède des maisons très typiques ainsi que d’imposants manoirs.

Ce lieu est également idéal pour les sportifs. Grâce à l’Orne (le fleuve) qui s’y écroule, on peut y faire des balades fluviales, de la pêche et du canoë-kayak.

Pour ceux préférant la terre ferme, cet endroit est idéal pour les randonneurs, cavaliers et faire du VTT.
Pour les amateurs de sensations fortes, le viaduc de la Souleuvre permet de pratiquer le saut à l’élastique. Les hautes falaises des lieux sont également de bonnes zones de lancement pour le parapente.

Les Jardins Monet à Giverny

© Fondation Claude Monet

Si vous vous rendez dans la commune de Giverny, vous serez alors dans la ville où Claude Monet vécu pendant 43 ans, de 1883 à 1926, soit 43 ans.

En plus d’être un peintre, Monet était également passionné de jardinage et comme on peut l’imaginer par les couleurs.

Il créa et aménagea alors des jardins dans ses propriétés, afin de laisser s’exprimer ses envies de jardinage et créer également des cadres inspirants pour peindre.

Les jardins sont ainsi divisés en deux parties : un jardin de fleurs devant sa maison, appelé le Clos Normand, et un second jardin d’inspiration japonaise, appelé le Jardin d’Eau.

Commençons par vous présenter le Clos Normand.

Il s’agit d’un jardin d’environ un hectare, situé sur le terrain de la maison de Monet. Ce qu’il en fit est remarquable. On y retrouve des massifs de fleurs de hauteurs différentes créant ainsi des volumes et des perspectives, des arbres fruitiers et des rosiers grimpants. On observe également un jeu de symétrie et de couleur avec les végétaux plantés.

Monet n’aimait cependant pas les jardins trop organisés et laissait les végétaux pousser comme bon leur semble.

À noter qu’une des particularités du jardin est que Monet y a mêlé variétés de fleurs simples (comme des pâquerettes par exemple), avec des variétés plus rares. Il dépensait beaucoup en botanique et disait même « Tout mon argent passe dans mon jardin ».

Le second jardin est le Jardin d’Eau.

L’histoire de ce jardin débute près de 10 ans après l’arrivée de Claude Monet à Giverny. Il acheta le terrain jouxtant sa propriété, qui est traversée par un petit cours d’eau, le Ru.

Pour l’anecdote, les voisins émirent des oppositions à l’achat de ce terrain par le peintre, pensant que Monet allait polluer l’eau du cours d’eau en y plantant des végétaux « étranges ». Cependant Monet a eu le soutien de la préfecture et pu commencer l’aménagement du jardin.

Il a d’abord fait creuser un premier petit bassin, qui fut agrandi par la suite pour atteindre sa taille actuelle. L’objectif de ce bassin était d’en faire un lieu d’agrément et un lieu inspirant pour s’adonner à la peinture. Il recherchait en effet à créer de la transparence et des brumes, que l’on retrouve dans les reflets du bassin d’eau créé.

Pour ce jardin d’eau, Monet s’est inspiré des jardins japonais, qu’il connaît grâce aux estampes qu’il collectionne. On y retrouve alors un pont japonais recouvert de magnifiques glycines, d’autres ponts plus petits, une forêt de bambou et des saules pleureurs.

Le peintre a beaucoup travaillé pour aménager ses jardins, de manière à créer dans la nature les paysages qu’il souhaitait peindre. Un tel procédé est une première à notre connaissance chez les peintres célèbres.

500 000 visiteurs découvrent ces jardins chaque année, pendant ses sept mois d’ouverture.

Honfleur

© Voyageurs Intrépides

Honfleur est une petite commune située dans le Calvados qui vaut la peine s’y arrêter.

C’est aussi une station balnéaire qui présente de belles plages, comme la plage du Butin.

Honfleur est notamment connue pour son Vieux Bassin. Ce dernier fut construit en 1681 sur l’ordre de Colbert, pour remplacer l’ancien havre d’échouage qui était beaucoup plus étroit.

À l’extrémité du Vieux Bassin on retrouve ensuite la Lieutenance. Ce bâtiment est appelé ainsi car il faisait office dès le XVIIe siècle de logis au Lieutenant du roi.

Remanié au fil des siècles, il est par ailleurs le seul vestige important des fortifications de la ville.

Autour du bassin on retrouve ensuite le Quai Sainte-Catherine. Sur ce quai sont présentes des maisons pittoresques de pêcheurs, très étroites, faites en pans de bois et recouvertes d’ardoises.

Certaines de ces maisons atypiques possèdent jusqu’à 7 étages. Elles ont été construites sur la contrescarpe des anciens fossés de la ville.

Ces maisons sont célèbres car elles ont été à diverses reprises illustrées par des artistes comme Eugène Boudin, Claude Monet ou encore Gustave Saint-Catherine. Ces peintres ont notamment formé l’École de Honfleur, qui contribua au développement du mouvement impressionniste.

Vous pourrez également découvrir l’église Saint-Étienne, dont le plafond, très surprenant, ressemble à une coque de bateau inversée.

À noter que la commune est classée quatre fleurs dans les villes et villages fleuris de France, rendant sa visite encore plus agréable !

Le Haras du Pin

© Le Haras national du Pin

Situé dans la commune du Pin-au-Haras, le Haras du Pin est un témoin de l’excellence française en matière d’élevage équestre.

Il est en effet l’un des plus anciens haras nationaux et champ de courses de France, accueillant les plus grandes écuries de plat et d’obstacle.

Il est classé Monument historique depuis 1949 et accueille des dizaines de milliers de visiteurs chaque année.

L’histoire du haras remonte au XVIIIe siècle. L’endroit a été bâti par Robert de Cotte, alors premier architecte du roi. Les bâtiments, les écuries et le château, ont été bâtis entre 1715 et 1730 sous le règne de Louis XV. Les premiers étalons quant à eux, arrivèrent dès 1717.
Comme vous avez pu le deviner, un château est également visitable, qui est composé de trois corps de logis et fait de calcaire gris.
Le style architectural des lieux s’inspire grandement de l’école de Versailles. Le haras sera même surnommé le «Versailles du cheval » par l’écrivain Jean de La Varenne.

Au XIXe siècle, ce haras a joué un rôle important dans l’élevage équestre en France. C’est en son sein que des pur-sang anglais ont été amenés sur le territoire, créant ainsi la race des trotteurs français. Les chevaux de course se sont de manière générale améliorés.

Au cours de l’Histoire, le haras a été occupé par les Prussiens en 1871, puis par les Allemands entre juin 1940 et juin 1941. Il se retrouve ensuite au beau milieu de la bataille de Normandie sans avoir subi aucune détérioration.

Vous pouvez donc profiter des visites guidées du haras national du Pin et du château du Haras, ainsi que des visites à thème (sellerie, maréchalerie, reproduction équine).

Le Château fort de Caen

© Tendance Ouest

La ville de Caen est apparue à l’initiative du duc de Normandie, Guillaume II, dit Guillaume le Conquérant.

C’est donc également de son chef qu’a été créé château de Caen ainsi que deux abbayes.

Ainsi ce château fort, construit en 1060, a été la résidence de prédilection des ducs de Normandie mais aussi des rois d’Angleterre.

Ils lui ont alors donné au fil des siècles une grande ampleur, faisant de cette forteresse une des plus vastes enceintes fortifiée d’Europe avec ses 5,5 hectares de superficie.

Le château à connu plusieurs remaniements au fil du temps, passant de forteresse royale à une caserne de conscrits. Chaque période de l’Histoire a ainsi laissé des traces dans son enceinte, nous permettant de réaliser un voyage dans le temps, qui débute avec la grande épopée de Guillaume le Conquérant.

Vous pourrez y découvrir des remparts restaurés qui dominent le palais des ducs de Normandie, les vestiges du Donjon, la salle de l’Échiquier et l’église Saint-Georges.
Cette ancienne église paroissiale abrite désormais le centre d’information et d’accueil du château et des musées.

Vous pourrez en effet, en même temps que visiter le château, profiter d’une visite du Musée de Normandie et du Musée des Beaux-Arts, qui sont situés dans « l’enceinte des musées », que l’on trouve juste après avoir franchi les portes fortifiées.

Le château de Caen est classé Monument historique depuis 1997 et depuis 2019, les remparts s’illuminent la nuit pour mettre en valeur ce monumental édifice du XIe siècle.

Les Falaises d’Étretat

© Le Havre Étretat Normandie Tourisme

Les falaises d’Étretat sont un site naturel très connu, situé sur la côte d’Albâtre en Normandie.

Situé entre l’Estuaire de la Seine et celui de la Somme, la côte d’Albâtre est constituée de 140 km de falaises crayeuses. Les falaises les plus connues de cette côte sont donc celles d’Étretat.

Elles sont les plus pittoresques et surprennent en raison de leur aspect vertical inhabituel.

Elles se sont formées il y a des millions d’années, sous l’eau, avec des dépôts d’organisme marins calcaires et des squelettes d’organisme siliceux, leur donnant ainsi cette couleur claire. Avec le temps, elles sont ensuite sorties de l’eau pour apparaître sous la forme que nous pouvons observer actuellement.

Néanmoins, ces merveilles de la nature restent fragiles et sont en constant changement. En effet, les vents, marées, eaux de pluie, le gel et le dégel les fragilisent beaucoup et provoquent de l’érosion. Des éboulements ont régulièrement lieu, qui réduisent peu à peu la taille de la falaise.

Plusieurs falaises sont connues parmi les falaises d’Étretat.

La première la plus connue, est la Porte d’Aval. Elle ressemble à une immense arcade qui a été creusée par les vagues qui battaient l’extrémité de la falaise. Son aiguille haute de 51 mètres, lui a conféré un charme qui a inspiré nombreux artistes, peintres comme écrivains.

La seconde, encore plus impressionnante, est la Manneporte. Elle est située de l’autre côte de la précédente, au bout de la plage de Hambourg. Sa taille est si monumentale que l’écran Guy de Maupassant affirmait qu’un navire aurait pu y passer au travers, toutes voiles dehors.

Ces falaises ont aussi fait l’objet de nombreuses légendes et histoires locales.

Le Trou à l’homme, célèbre grotte creusée dans la falaise d’Étretat, aurait sauvé un marin de la noyade. Cette grotte, même à marée haute, reste en effet au sec et elle lui aurait permis de s’y abriter. Il ne serait dangereux d’y rester que lors d’une marée très haute et une mer agitée.

Néanmoins le Trou à l’homme a été interdit au public par un arrêté, en raison du grand nombre de personne s’y retrouvant coincé à marée haute, oubliant l’existence des fortes marées en Normandie.

La Cité de la Mer

© France 3 Régions

La cité de la Mer est un parc scientifique, ouvert depuis 2002, qui est consacré à l’exploration sous-marine et à la découverte des grandes profondeurs. Il est situé dans l’ancienne Gare Maritime Transatlantique ouverte en 1933.

Il est composé de différents espaces qui permettront à tous d’en apprendre plus sur le monde maritime et les aventures de l’Homme en mer.

Le premier espace vous permet de vivre une expérience unique, en embraquant à bord du « Redoutable».

Ce dernier fut le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français, inauguré en 1967 et construit par l’arsenal de Cherbourg. Il a été en service de 1971 à 1885.
Cette expérience vous permet ainsi de visiter le sous-marin et de découvrir le quotidien des sous-mariniers de l’époque pendant leurs missions.

Ensuite, nous partons en direction de la Grande Galerie. Elle retrace le parcours des explorateurs maritimes et des engins utilisés lors de ces aventures. Vous en apprendrez donc davantage sur les origines de l’exploration sous-marine et par quels moyens elle a pu débuter.

Vous arriverez ensuite dans la « Salle des Bagages », qui vous fera découvrir l’époque où Cherbourg était considérée comme une « Porte des Amériques », grâce aux navires transatlantique qui s’y arrêtaient.

Enfin depuis 2012, pour commémorer les 100 ans du naufrage du Titanic, un nouvel espace est présent appelé « Titanic, retour à Cherbourg ». Le mythique bateau avait en effet fait escale à Cherbourg en 1912, embarquant environ 300 passagers.
Il vous promet de revivre l’aventure du Titanic, en découvrant des objets remontés de la célèbre épave.

Outre ces salles de visite, l’exposition permanente présente 17 aquariums avec plus de 1000 poissons.

Il faut ainsi compter 4 à 5h de visite pour visiter l’ensemble de ce complexe.

Dormir dans un tonneau

© Nuit Insolite bulle

Pour finir cette sélection sur un hébergement insolite, nous vous proposons de dormir dans un véritable tonneau !

La Normandie est aussi connue pour être la route du cidre et de nombreux sites de production proposent de dormir à quelques mètres de leur cidrerie.

Chez certains, vous devrez même traverser le verger pour atteindre votre résidence d’un soir.

Ce type d’hébergement est plutôt propice pour une réservation d’une seule nuit, pour vivre une expérience qui change de l’ordinaire.

Nous espérons que cette sélection de choses à faire et à voir en Normandie vous aurez plu ! N’hésitez pas à consulter nos autres articles pour découvrir d’autres villes le weekend !

Découvrez que faire pour un week-end insolite en Bretagne
Découvrez que visiter à Montpellier en 2 jours
Découvrez que faire à Aix-en-Provence en 2 jours


Sources :

generationvoyage.fr
normandie-tourisme.fr
mairie-lemontsaintmichel.fr
givrent.org
lehavre-etretat-tourisme.com
musee-de-normandie.caen.fr
caenlamer-tourisme.fr
ornetourisme.com