Skip to main content

Au détour d’un chemin le long d’une rivière, au pied d’une colline ou à l’abri d’un promontoire rocheux, s’égrènent des centaines de villages pittoresques offrant un ensemble de caractères.

Ce sont des témoignages d’une fière et authentique ruralité bien vivante. Si vous êtes de passage dans cette région ou que vous souhaitez la redécouvrir sous un autre angle, au pied d’un clocher, de places ombragées ou de lavoirs, ces villages lorrains révèlent leur pays et leur héritage ancestraux qu’il faut impérativement préserver.

Ces villages ont su évoluer et s’adapter en gardant leur caractère authentique et vous promettent une atmosphère paisible vous plongeant au cœur de leur verdure et leur patrimoine historique et artisanal passionnant !

Si vous souhaitez élargir vos balades rurales, découvrez ici les 10 plus beaux villages du Grand-Est

Henoo c’est l’application gratuite et collaborative qui vous  permet de découvrir et partager le patrimoine qui vous entoure !

Hattonchâtel

Hattonchâtel village lorraine

© Wikipedia

Proche du lac de la Madine, Hattonchâtel est un petit village médiéval situé sur un éperon rocheux dominant la plaine de la Woevre.

Les origines du village remontent au IXe siècle, Hatton, l’évêque de Verdun décide d’installer sur ce promontoire (appelé jusqu’alors Mont aux Bruyères) sa résidence principale en y construisant un château.

Il lui donne alors le nom de Hattonchatel. La citadelle fut détruite en 1634 sur ordre de Richelieu durant la guerre de Trente ans. Hattonchâtel est assiégée deux semaines par les troupes suédoises, le village en sort meurtri et brûlé.

Hattonchâtel subit de nombreux assauts au cours de l’histoire, le laissant dévasté à plusieurs reprises notamment après la Première Guerre Mondiale. Ce sont les financements de la bienfaitrice américaine, Miss Skinner qui ont permis de reconstruire le château à partir de 1923. Ses dons permettront de mettre en valeur le patrimoine architectural. Le château domine la plaine de la Woëvre et offre un point de vue exceptionnel.

Dans le village, vous pourrez observer des vestiges d’une ancienne maison autrefois appuyée au mur d’enceinte, la maison aux arcades, une maison d’origine médiévale datant du XVe siècle, le lavoir (don de Miss Skinner et qui date de 1921), une voie qui reliait Hattonchâtel à Vigneulles avant la construction de la route moderne…

Hattonchâtel offre un panorama exceptionnel tel un balcon des côtes de Meuse. De plus, le village est rythmé par plusieurs fêtes, notamment la Fête patronale le 3e dimanche de novembre, un festival de musique classique est organisé chaque année sur trois jours en septembre, le moment idéal pour s’amuser en petit comité, à l’abri du brouhaha des grandes villes !

Bruley

Lié à l’activité viticole depuis la période romaine, Bruley est notamment connu pour sa « maison vigneronne » typique.

Du VIe au XIe siècle, le village était une terre de l’évêché de Toul et devient terre champenoise au XIe siècle puis Terre de France au XIVe siècle. Les maisons du village sont à l’origine construites autour de l’église du XIIe siècle et se sont étendues jusqu’à atteindre la plaine.

Le village bat son plein le long de la rue principale qui est le cœur de la vie active de Bruley. Avec les habitations qui sont descendues en s’organisant essentiellement le long d’un axe principal, cet aspect confère aujourd’hui à Bruley l’aspect bien connu d’un « village rue » lorrain.

Les siècles passés ont laissé de remarquables bâtiments dont « la maison des moines » par exemple. Si pendant plusieurs siècles la vigne a été l’activité principale, le vignoble a été détruit au début du siècle dernier. Heureusement, la vigne reprend de son essor après la Seconde Guerre Mondiale.

Découvrez sa chapelle du Rosaire, ses petites maisons vigneronnes… Quelle que soit la forme de la visite, le visiteur n’est jamais déçu du détour !

Et comme chaque village typique, Bruley a ses propres traditions ! Cette tradition aux origines perdues dans les limbes du passé, veut que la soirée des Mai se déroule la veille du 1er mai. La fête consiste en une soirée initiatique pour les jeunes hommes du village. Après les festivités, dans la pénombre de la nuit, les prétendants doivent déposer une branche de charme dans la gouttière des filles à marier.

Neufchâteau

Neufchâteau Village Lorrain

© Wikipedia

Le patrimoine culturel et historique de ce village est tout à fait remarquable. Le village de Neufchâteau était autrefois protégé par un château.

Au XIIe siècle, Hugues Metellus décrit la ville, dans son poème Garin le Lohérain, comme « grande et bien peuplée, ayant un chastel principal, des biens en abondance ».

Il a pris son essor dès le Moyen Âge grâce au commerce drapier. Ses fortifications furent détruites par Richelieu et la ville est prise par les troupes françaises en 1642. Neufchâteau devient français en même temps que le reste du duché à la mort de Stanislas en 1766.

Au vu de son riche passé historique, Neufchâteau dispose d’un patrimoine architectural et artistique impressionnant et conserve de nombreux édifices de la Renaissance et de la période Classique : Ses deux églises, ses anciennes maisons, lavoirs, son musée de la Poupée, ses hôtels de style Renaissance…

Côté gastronomie, les vergers offrent des fruits de qualité et permettent des récoltes de mirabelles. Aussi, la tourte, la pomme, la mirabelle et le pâté lorrain ont leur fête.

Un village plein de charme avec une histoire passionnante qu’il ne faut pas manquer lors d’un séjour en Lorraine !

Châtillon-sur-Saône

Châtillon sur Saône Village lorrain

© Pascal BROCARD

Le village de Châtillon-sur-Saône s’épanouit au cœur d’un relief façonnant des paysages époustouflants, découpés par les vallées de la Saône et de l’Apance.

À l’origine, la ville s’étend, se densifie, se défend et s’organise autour de son église et son château. La première mention officielle du village date de 1234, dans le Comté de Bar lorsqu’il achète le château. En 1348, les Comtes de Bar installent un siège de Prévôté, date des premières fortifications englobant la ville et la joignant au château.

La fluctuante histoire de Châtillon s’arrête brutalement en 1635, quand les Français prennent la ville aux ordres de Richelieu.

Les guerres affectent la ville sans la détruire. Au IVe siècle, le bourg fut protégé par une enceinte au début de la guerre de Cent Ans. Par la suite, Charles le Téméraire détruisit le village en 1476, reconstruit quelques années plus tard.

Le bourg connaît de riches heures du XVIe au XVIIIe siècle, il est alors le siège de prévôté du Duché de Lorraine. Châtillon-sur-Saône est peuplé de nombreuses demeures historiques et a accumulé au fil des siècles un patrimoine remarquablement conservé.

Au gré de vos balades dans le village, vous découvrirez son église, ses nombreuses maisons historiques parsemées dans le village comme l’hôtel de Sandrecourt, une maison Renaissance datant de 1543, l’ancien hôpital, le grenier à sel… Entre forêts et prairies, terres labourables et vergers, le patrimoine naturel du village est également à ne pas manquer !

Loin d’être une ville fantôme, Châtillon-sur-Saône est un village vivant et animé qui vous plongera très certainement au cœur du Moyen-Age.

Vaudémont

Vaudémont village Lorrain

© Julien Barbier

Dominant la plaine de Saintois, le village perché de Vaudémont est occupé dès le néolithique, valorisant la position stratégique du site. Vaudémont constitue encore aujourd’hui l’un des plus beaux exemples d’éperon barré en Lorraine.

Un castrum fortifié de Vaudémont est attesté dès le début du XIe siècle. C’est cependant à travers les querelles de succession du duché de Lorraine que l’histoire du bourg prend un tournant décisif.

En 1071, la situation stratégique du site sur un éperon rocheux amène le duc de Lorraine ou un vassal à y construire un donjon. À la fin du XIe siècle, le premier comte de Vaudémont, Gérard Ier, agrandit le château pour en faire sa résidence. Il est l’initiateur d’une lignée qui régnera pendant près de 4 siècles jusqu’en 1473.

La guerre de Trente ans affaiblit progressivement le duché de Lorraine, de puissantes murailles et tours sont érigées au fur et à mesure que le bourg se développe. Assiégée en 1635, la citadelle de Vaudémont fut détruite en 1639 sur ordre de Richelieu, la France occupant militairement le duché de Lorraine pendant la guerre de Trente Ans.

Le bourg connaît enfin une époque prospère à la fin du XVIIe siècle.

Il reste de nombreux vestiges de ce lourd passé dans le village. La plupart des maisons reconstruites aux XVIIe et XVIIIe siècles réutilisent d’ailleurs en façade des éléments antérieurs à cette destruction. Ne manquez pas son patrimoine remarquable : son église, la Tour de Brunehaut, le puits du village, le Gayoir…

À savoir : pour les sportifs, amoureux de la nature et amateurs de sensations fortes, la commune offre l’un des rares points de décollage de vol à voile aux alentours de Nancy !

Rozelieures

Village Rozelieures Lorraine

© Alexandre Marchi – L’Est Républicain

Niché au cœur des collines du Bayonnais entre Nancy et Epinal, Rozelieures est un village lorrain typique bordé de vergers et mirabelliers.

Rozelieures fut un théâtre de batailles lors de la Première Guerre Mondiale. En août 1914, l’armée française est sur les frontières, contrainte de battre en retraite. À Rozelieures, c’est l’occasion pour les Français de rétablir leurs lignes. L’attaque débute par des combats acharnés dans les rues du village.

Les forces allemandes pourtant supérieures en nombre battent en retraite. Cette victoire a empêché l’armée allemande de franchir la Moselle. Avec un bilan lourd de 25 000 Allemands et 1 500 Français qui ont versé leur sang, cette bataille demeure un sacrifice ignoré de l’Histoire qui vaudra à cette bataille, le nom de Victoire oubliée.

En direction de Saint-Boing, se trouve le bâtiment érigé à la mémoire de ces soldats Français morts au combat. À l’entrée du village, vous découvrirez la tombe du lieutenant de Cazenove.

Riche de ce lourd passé riche en histoire qui embaume toujours le village de son odeur nostalgique : chaque année, le dernier dimanche d’août a lieu un temps fort : la commémoration de la bataille en mémoire de nombreux soldats tombés à Rozelieures.

Vous pourrez découvrir la fontaine monumentale, l’église dédiée à Saint-Martin, la chapelle Sainte-Barbe, ses maisons paysannes mitoyennes, la fontaine monumentale… Peut-être découvrirez-vous à travers les rues du village, des reproductions d’anciennes cartes postales de Rozelieures montrant l’évolution du mode de vie et de l’habitat villageois.

Ne manquez pas la Maison de la Mirabelle pour découvrir les secrets de distillerie et de fabrication de ce fruit si précieux dans la région ! Évidemment, vous terminerez la visite par une petite dégustation. Le village est également célèbre pour son Whisky !

Marsal

Village de Marsal

© rpn.univ-lorraine.fr

Frontalière et fortifiée, Marsal est longtemps tiraillée entre Messins, Lorrains et Français. Sa conquête constitue la première prise militaire du Roi Soleil en 1663. Jean de La Fontaine a écrit un sonnet sur de la prise de Marsal.

Des vestiges d’occupation archéologique datant du Néolithique et de l’âge du Bronze ont été découverts aux environs de Marsal. Durant la guerre de Trente Ans, le village est occupé par les Français en 1631. Le traité de paix de Vic-sur-Seille en fait de la ville une possession royale pendant trois ans.

À partir de 1790, après la Révolution, Marsal est rattaché au département de la Meurthe. En 1814, le village retrouve brièvement son rôle stratégique de forteresse de frontière, c’est alors la seule place fortifiée entre Bitche et les Vosges, protégeant directement Nancy. Marsal est lourdement bombardé le 30 juin 1815.

Connaissez-vous l’affaire du « mage de Marsal » ? En 1968, deux des six enfants de Maurice Gérard, gourou qui dirige une communauté ésotérique dans sa grande bâtisse ont disparu mystérieusement. Les parents sont soupçonnés d’un défaut de soins vis-à-vis de leurs deux enfants infirmes, ils sont alors incarcérés, avant d’être relâchés faute de preuves.

Vous pourrez découvrir dans le village de nombreux édifices religieux comme le collégiale Saint-Léger, ou encore l’ancienne caserne le Pavillon de Bourgogne. Le sel est exploité sur le territoire depuis près de 3000 ans !

Rodemack

Rodemack Village de Lorraine

© Getty – France Bleu Lorraine

Ce trésor historique niché dans l’est de la France, au pied du Luxembourg et de l’Allemagne est entouré de 700m d’imposants remparts datant du XIIIème et XVème siècles.

Surnommé « La Petite Carcassonne », Rodemack accueille chaque année le Marché aux Vins des Plus Beaux Villages de France. Les origines du village remontent au moins à l’époque romaine. Sous la direction de moines, les prairies furent arrosées, les terres cultivées et les populations purent prospérer heureuses et tranquilles à l’ombre du clocher de la première église de Rodemack.

Ce n’est qu’en 1019 qu’un seigneur de Rodemack est mentionné pour la première fois. Le sire Fréderich de Rodemacher prend, avec son voisin, Jean de Soleuvre, une grande part au tournoi qui eut lieu à Trèves. C’est en cet honneur que nous voyons arborer pour la première fois les armes de Rodemack.

C’est en 1190 qu’Arnoux Ier fit construire un premier château féodal à l’emplacement de la forteresse actuelle. Le château sera agrandi et remanié au fil des siècles et du développement du bourg.

La forteresse fit parler pour la dernière fois d’elle en 1815. Les armées prussiennes l’assiégèrent et durent se retirer après des pertes sévères. À l’époque elles étaient sous le commandement du général Hugo, père de Victor Hugo.

Le village a conservé de nombreux témoignages de son passé médiéval (passage d’une voie romaine, château fort, porte de Sierck, maison des Baillis… Et nous embaume aujourd’hui de son parfum d’antan.

Pour découvrir d’autres villages médiévaux de Lorraine c’est ici que ça se passe !

Ville-sur-Yron

Village de Ville-sur-Yron

© Caroline Fontana – survoldefrance.fr

Ville-sur-Yron et Ville-aux-Près sont deux villages qui ont fusionné en 1810 pour former une seule commune typique du revers du plateau mosellan. Une occupation humaine est attestée depuis le néolithique et plusieurs fouilles ont attesté une implantation gallo-romaine.

La ville était rythmée par les travaux agricoles et petits artisanats locaux. Elle est secouée par des querelles lors de la Réforme et de la Contre-réforme puis la Révolution avec ses contestations (révolte contre les clôtures, droit de chasse et pêche…)

La fin du XIXe siècle voit l’horizon s’ouvrir avec le chemin de fer, les mines voisines ont besoin de bras mais ce bel élan est rompu par la Première Guerre Mondiale de laquelle le village sortira meurtri.

C’est un village rue typique de la Lorraine avec des maisons lorraines parfaitement alignées. Vous découvrirez le château de Ville-sur-Yron, ses édifices religieux et n’hésitez pas à vous y rendre en mai lors du Festival international du film documentaire sur la ruralité !

Sierck-les-Bains

Sierck-les-Bains

© Guillaume Robert – Famy – tourisme-lorraine.fr

Les premières mentions du bourg remontent en l’an 712, mais ce n’est qu’au Xe siècle qu’apparaît la famille de Sierck qui développa l’économie et l’architecture du bourg et s’éteindra vers 1530.

Dans ce village se dresse le célèbre château des Ducs de Lorraine dont l’histoire est largement bousculée par les guerres et conflits qu’il traversa entre le XIe et le XIXe siècle. C’est l’un des rares forts du XIe siècle de l’est de la France, dont les murs d’enceinte et tours massives sont encore dans un très bon état. Le château existait déjà au XIe siècle, malheureusement, il n’en reste plus rien de cette époque.

Le château fut rapidement une des résidences favorites des ducs de Lorraine qui y séjournèrent régulièrement. En leur absence, c’est la famille Sierck qui y séjournait. Il est entouré de verdure, ruelles historiques, la place du marché…

En août 1985, le village de Sierck-les-Bains fait la Une de tous les titres et devient célèbre en raison du visage du christ qui serait apparu sur un des murs du village. Pour découvrir l’histoire de cette apparition cliquez ici.

Sierck-les-Bains et ses maisons à flanc de coteau sauront vous séduire au dédale de ses ruelles historiques. Le village vous contera son histoire pendant que vous marcherez dans les pas des personnages qui l’ont marqué !

Camille Ngondy

Content Manager chez Henoo 🧡