Skip to main content

Envie de retourner dans le passé ? Ou juste un simple passionné de ces impressionnants murs de pierre ? Voici une sélection de châteaux à absolument visiter si vous passez par la Lorraine !

Si vous téléchargez l’application, vous pourrez découvrir dans une liste une multitude de points d’intérêt à visiter dans cette région. Pour la découvrir cliquez ici !

Château de Fléville (Meurthe et Moselle)

Fléville-devant-Nancy, Meurthe-et-Moselle

© Wikipédia

Habité par famille Lambel depuis 1812, le château datant de 1533 arbore un style renaissance avec un donjon féodal de 1320 à ses côtés.

La façade qui est typique de la première renaissance française est parcourue en totalité par un balcon unique. Celle-ci reflète l’influence italienne sur la renaissance lorraine. En plus du donjon de 30 mètres qui est conservé, les douves asséchées datent de la même époque.

L’intérieur est entièrement meublé avec des boiseries de style Renaissance, la chapelle et la salle des États de Lorraine qui présente les Blasons de Lorraine ainsi que la chambre de Stanislas. Ce sont des exemples parmi les 15 pièces qui sont ouvertes au public.

Le parc qui était initialement un jardin à la française a été partiellement remplacé par un jardin romantique. Dans celui-ci on y retrouve un jardin potager, un verger, une roseraie, une orangerie, un décor en trompe l’œil et un Belvédère.

C’est l’un des rares châteaux lorrains épargné par Richelieu sur l’ordre de Louis XIII à l’issue de la guerre de Trente Ans.

Le château et le jardin sont classés au titre des Monuments Historiques.

Château de Malbrouck (Moselle)

Château de Malbrouck

© Wikipedia

Le château de Malbrouck est construit sur un éperon rocheux de 1419 à 1434. Selon la volonté d’Arnold VI (seigneur de Sierck).

La bâtisse dispose d’une vaste cour centrale et quatre tours d’angles reliées entre elles par de courtines (mur de fortification), les tours se nomment respectivement : Tour de la Lanterne, Tour de la Sorcière, Tour du Rocher Chauve et la Tour des Dames.

Il possède de nombreux éléments de défense. Au Nord, l’entrée de celui-ci est protégée par une barbacane, un pont-levis, un fossé et un châtelet. Le châtelet sépare la Tour des Dames et la Tour de la Lanterne. La cour est protégée par un porche en saillie et une archère canonnière. À cette époque, l’épaisseur des murs était très importante, la courtine nord-est fait 4,80 mètres d’épaisseur. Les escaliers tournent à l’envers. Ce dispositif, lié à une nécessité de défense, qui permet au défenseur droitier d’être le mieux placé pour frapper.

L’édifice a reçu plus de 15 millions d’euros pour rénover une partie de celui-ci. Il a été le deuxième monument historique à être en partie restauré en France.

Il est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1930.

Château de Commercy (Meuse)

Château de Commercy

© Wikipedia

Le château de Commercy était autrefois un chef-lieu d’une principauté souveraine.

La cour d’honneur est encadrée par une grille monumentale. Sur ses deux côtés des communs dont l’ordonnancement s’inscrit en hémicycles de la place du « Fer à Cheval ». De grandes arcades surmontées par des terrasses embellissent cette partie du château. Celles-ci ont été transformées par Emmanuel Héré, architecte de Stanislas.

De plus, au fond de la cour se trouve le corps de logis principal avec sa façade comprenant quatre colonnes, plus un fronton triangulaire. Derrière la cour, se trouve un magnifique escalier à rampes multiples.

Cette bâtisse fut une des résidences favorites de Stanislas. Il considéra que cet endroit, était l’un des plus beaux domaines de chasse de France.

Il est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1960.

Château d’Epinal (Vosges)

Épinal, Vosges

© Wikipédia

À 387 mètres d’altitude, se trouve le château d’Epinal et ses ruines, il a été construit par l’évêque de Metz, Jacques de Lorraine. Se trouvant sur une crête rocheuse, il est formé de façon polygonale avec un puissant donjon résidentiel.

Vers 980 l’évêque de Metz qui possède un grand domaine, décide de séparer ses terres en cinq parties. Donc pour protéger celles-ci des attaques bourguignonnes, il choisit de faire construire un château avec une tour en bois et des palissades qui entoure l’enceinte qui sont également en bois. Celui-ci représentait l’évêque est son autorité.

XIIIe siècle, le second château est bâti au sommet de l’épine rocheuse. Il comprend un châtelet et un fossé sec occidental. Au fil des siècles, il subira beaucoup de changements entre les destructions et les constructions de nouvelles pièces ou fortifications.

Entre 1464 et 1500 le contrefort bouclier est construit sur la face nord du donjon qui est face au plateau de la Justice. La salle neuve est construite dans l’angle des courtines sud et ouest, le logis seigneurial est supprimé entièrement et une fausse tour est créée derrière le château pour leurrer les envahisseurs.

En 1626, la réalisation du plan Bellot montre le château d’une manière « complète » avant les dommages causés par les assauts successifs et destructeurs qui suivirent. Vers 1645, c’est une levée de terre qui sera accumulée dans la cour et dont la hauteur atteint les quatre mètres qui recouvriront les ruines déjà existantes de l’édifice. Enfin, il sera détruit par les troupes de Louis XIV en 1670.

En 1992, ces ruines sont classées Monuments Historiques.


Pour connaître les châteaux d’Alsace à visiter cliquez ici.

Découvrez le patrimoine et la culture sur l’application Henoo !

Laisser un commentaire